L'arbre aux diamants

        Elles sont détestables, mais comme on les aime, ces satanées sorcières! La crainte qu’elles inspirent fait frissonner, mais ces frissons ne sont-ils pas délicieux? Avec leurs mains aux ongles jaunes, leur nez crochu, leurs yeux chassieux, elles ont un charme fou ; elles sont indémodables. Et malgré leurs points communs, il n’y en a pas deux qui se ressemblent.

        Dans « Le chat, le moineau et l’araignée », on découvre une sorcière dont la perversité suprême est de « compter les petites cuillères ». On fait aussi la connaissance d’une araignée qui n’aime pas qu’on touche à ses affaires. Cette histoire à ritournelle, très appréciée, suscite souvent la participation spontanée des plus jeunes.

        La sorcière qui apparaît dans « L’arbre aux diamants » est particulièrement susceptible et orgueilleuse. Nissim saura utiliser ces deux défauts afin de la vaincre. Il rendra ainsi leur liberté à des dizaines d’enfants transformés en diamant.

        Dans « Jeanne et le prince égaré », on fait la connaissance d’un couple original et malfaisant : elle est sorcière, c’est un ogre. Leur fille, Jeanne n’est ni l’un ni l’autre. Pour ne rien arranger, elle est tombée amoureuse d’un prince égaré dans la forêt. Pourra t-elle le soustraire à l’appétit féroce de ses parents, et retrouver avec lui, le chemin de son château?

 

Durée du spectacle: 50 minutes

Une centaine d'enfants par représentation.

  • w-facebook
  • Twitter Clean
  • w-googleplus
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now